Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


La solution NoSQL de MarkLogic, alliée à l'IoT, protège les tigres et les éléphants contre le braconnage


Rédigé par Communiqué de MarkLogic le 17 Juillet 2018

La fondation Sensing Clues se tourne vers la solution de base de données NoSQL multi-modèles de MarkLogic pour intégrer et contextualiser les données issues des multiples capteurs qu'elle possède sur le terrain.



Photo by Alessandro Desantis on Unsplash
Photo by Alessandro Desantis on Unsplash
MarkLogic, le leader des solutions de bases de données NoSQL pour les entreprises, facilite la protection des espèces en danger. La solution a été choisie par la fondation néerlandaise Sensing Clues, qui s'est donnée pour mission de mettre la technologie au service des rangers et des militaires luttant contre le braconnage aux quatre coins du monde, afin d'intégrer et contextualiser les données issues de capteurs IoT répartis dans les réserves naturelles partout à travers le monde.

Pour mettre les technologies de pointe au service de la lutte contre le braconnage, la fondation Sensing Clues avait besoin d'une solution de base de données capable d'intégrer de nombreuses données avec plusieurs impératifs. Elle devait être sécurisée pour garantir la protection d'informations sensibles transitant partout à travers le monde, capable d'intégrer des fonctionnalités de géolocalisation pour le tracking des animaux et enfin, sémantique afin de contextualiser les signaux bruts, automatiser la prise de décision et déclencher des actions rapides. Les performances devaient évidemment être optimales pour délivrer une prise d'information en temps réel et des délais de réponse très courts. MarkLogic a pu répondre à ces enjeux et assiste aujourd'hui les rangers dans leur mission.

« La base de données MarkLogic joue un rôle critique dans notre mission de protection de l'environnement et de lutte contre les crimes proférés à l'encontre de la vie sauvage. Dans un environnement sécurisé et performant, nous pouvons échanger des informations en temps réel et transformer les indicateurs en actions rapides. Cette intelligence en temps réel permet aux rangers et aux militaires de surveiller les sites où sont proférées des actions illégales et d'y mettre fin », se réjouit Dr Jan-Kees Schakel, le fondateur de Sensing Clues.

Intégrée à l'infrastructure de Sensing Clues, la base de données MarkLogic récolte ainsi les informations brutes en provenance des capteurs répartis à travers le monde entier et permet de déclencher rapidement des processus d'actions immédiate. Les procédures sont ensuite communiquées aux rangers et aux militaires présent sur le terrain via leur téléphone. L'apport de la technologie est non négligeable pour ces derniers qui doivent composer avec de vastes espaces à protéger. Par exemple, au Kenya, 120 rangers assurent la protection de 2200 Km2 de réserve. Pour les aider Sensing Clues s'appuie notamment sur une vaste architecture regroupant IoT, intelligence artificielle et NoSQL. La société analyse ainsi de nombreux signaux comme les bruits, les fréquences radios, la chaleur, les lumières artificielles et détermine les menaces qui pèsent sur les réserves.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.