Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Maison connectée : comment concilier valeur ajoutée et confiance


Rédigé par Gael Dulong, Cisco IoT le 14 Juin 2018

La plupart d’entre nous sommes familiarisés avec le concept de maison connectée. Et même si nous ne sommes pas encore de ceux qui bénéficient des systèmes intelligents d’éclairage, de chauffage et de sécurité, commandés à distance à partir d’un mobile, nous avons conscience que de telles commodités existent et souhaitons peut-être nous en équiper un jour.



Gael Dulong, spécialiste IoT chez Cisco IoT
Gael Dulong, spécialiste IoT chez Cisco IoT
Le potentiel de la maison connectée
Les systèmes et applications pour la maison connectée font partie de l’Internet des objets (IoT), qui affiche une croissance exponentielle. Selon les estimations des analystes du Gartner, le nombre des dispositifs connectés utilisés en 2017 atteignait 8,4 milliards et pourrait se chiffrer à 20,4 milliards d’ici à 2020. Bon nombre de ces dispositifs connectés sont voués à être installés au domicile des consommateurs maintenant que les développeurs, les fabricants et les fournisseurs de services IoT cherchent à valoriser le potentiel de la connectivité afin de nous faciliter la vie et nous la rendre plus confortable et pratique.

Priorité aux services
Ces statistiques sont impressionnantes mais, même si le nombre des objets connectés de grande consommation est important et qu’ils contribuent au développement de toutes les possibilités dont regorge l’IoT, ce n’est pas un facteur déterminant pour la réussite à long terme de l’IoT ni même de la maison connectée.

Le succès de l’IoT dans la pérennité dépend de la valeur perçue dérivée des services rendus par tous ces dispositifs connectés. On mesure cette valeur à l’utilité et au confort pratique qu’un utilisateur associe à un service, qu’il ne voudrait pas perdre.

L’IoT recèle un énorme potentiel pour les consommateurs mais un obstacle demeure et freine l’acceptation des dispositifs connectés par les utilisateurs au sein la maison connectée et plus généralement. Cet obstacle tient aux préoccupations des consommateurs quant aux garanties de contrôle des données ; les leaders de l’industrie de l’IoT doivent s’en emparer et y répondre avant que la confiance ne soit entamée et de rende vaines les promesses de valeur ajoutée du monde connecté et de la maison connectée.

Le paradoxe entre valeur de l’IoT et confiance
Pour éclairer la perception des consommateurs sur la valeur de l’IoT, une étude de Cisco s’est intéressée à ce à quoi les consommateurs accordent de la valeur et au rôle que joue la confiance dans leur décision de volontiers partager des données dans le cadre de l’échange d’information. Cet échange est bien sûr générateur de valeur pour tous les types de services connectés, y compris pour les applications de la maison connectée.

Au sujet de l’IoT dans le monde qui nous entoure, l’étude révèle que les consommateurs sont très sensibilisés aux services et dispositifs personnels connectés, y compris ceux de la maison connectée, ce qui est une bonne nouvelle pour l’industrie IoT. Les systèmes de sécurité du domicile de même que les bracelets de fitness, les montres connectées et les moniteurs de l’état de santé font partie de l’IoT pour 63% des sondés. De plus, près de 50% des sondés reconnaissent que les dispositifs de la maison connectée sont porteurs de valeur ajoutée, 66% y voient une amélioration du côté pratique et 60% un gain d’efficacité. Plus significatif encore, 53% des sondés déclarent ne pas vouloir se déconnecter temporairement ou même définitivement de leurs dispositifs et services IoT, simplement parce que ceux-ci sont trop intégrés à leur quotidien.

Et même s’ils n’envisagent pas de se déconnecter, l’étude révèle que les consommateurs ne sont pas très à l’aise, en général, avec le fait que leurs données soient collectées par des dispositifs IoT personnels ou publics. 53% préféreraient qu’aucune donnée ne soit collectée et 52% ont peu ou pas du tout confiance dans la sécurité de leurs données. Ce faible niveau de confiance, qui est une menace réelle pour la perception de valeur du consommateur, révèle un paradoxe : la perception d’une forte valeur ajoutée des dispositifs IoT d’un côté, mais un faible degré de confiance vis-à-vis de l’échange de données qui est pourtant au cœur des services IoT.

Trois étapes pour encourager la confiance des consommateurs

Quiconque participe à l’industrie de la maison connectée, les équipementiers des produits connectés, les prestataires des services IoT ou ceux qui conçoivent les maisons où ces dispositifs seront installés, touche du doigt un immense potentiel de marché rien qu’en faisant partie de l’écosystème IoT. Mais pour profiter pleinement de ce potentiel, il faut d’abord éliminer les craintes vis-à-vis des dispositifs IoT. Les acteurs de la maison connectée jouent leur réputation en proposant des services IoT fiables, à la sécurité robuste, et à la gestion des données irréprochable. C’est ainsi qu’ils gagneront la confiance des consommateurs et qu’ils réuniront les conditions de sécurité qui conditionnent le fait de vouloir vivre dans une maison connectée.

Comment les entreprises spécialistes de la maison connectée vont-elles s’y prendre pour résoudre le paradoxe entre valeur et confiance afin d’accélérer et de soutenir la croissance de l’IoT et de la maison connectée ?

Etablir une politique de données claire et concise à partager avec les clients. Les consommateurs veulent plus de transparence et de contrôle sur les conditions de collecte et de partage des données entre dispositifs et services connectés. Si les consommateurs comprennent comment les données sont traitées et qu’ils peuvent être assurés de leur bonne gestion, ils en retireront une meilleure expérience. Ceci conduira à une meilleure réputation de la marque, du dispositif ou du service et, comme le démontre l’étude Cisco, certains clients accepteront volontiers de partager plus de données.

Opter pour un contrôle granulaire des données. Toutes les données collectées auprès d’un dispositif connecté n’ont pas besoin d’être transmises à un cloud public. La possibilité de créer un processus pour déterminer qui a accès à quelles données, où et quand, et d’en faire la démonstration au client fera la différence entre les fournisseurs. N’adoptez pas une approche générique des données de l’IoT.

Etablir les responsabilités. Quiconque participe à la chaîne de valeur de l’IoT a un rôle déterminant à jouer en faveur de la sécurité des données, et pas seulement les éditeurs de logiciels de sécurité : c’est le cas des fabricants de dispositifs pour la maison connectée, des fournisseurs de services IoT, des développeurs d’applications, des fournisseurs réseau et des plateformes cloud. Evaluez tous les fournisseurs présents dans la chaîne de valeur de l’ IoT et établissez des standards de sécurité et des exigences minimum pour que la responsabilité de chacun soit engagée.

Vers la vie connectée
Il ne fait aucun doute que la demande des consommateurs de services connectés et leur intérêt pour les maisons connectées se fondent sur une recherche d’efficacité et de confort pratique. Toutefois, dans l’actuel contexte de compromission des données, il convient d’éduquer les consommateurs quant aux conditions d’utilisation de leurs données par ces services afin qu’ils aient confiance dans la technologie et qu’ils embrassent sans réserve tout le potentiel d’une maison connectée. Le recours à une plateforme permettra à nombre des fournisseurs de services de l’écosystème IoT d’assurer la transparence et la gestion des données qu’exige la gouvernance des données de l’IoT pour gagner la confiance des consommateurs. Suivez ces recommandations et vous récolterez les fruits de la demande bientôt mature des consommateurs vis-à-vis de la maison connectée.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.


Twitter
Rss
LinkedIn
Google+
Facebook
Pinterest