Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Le Port de Montréal adopte la plateforme TradeLens mise au point par Maersk et IBM


Rédigé par Communiqué de IBM le 25 Octobre 2018

Dans la foulée de sa stratégie de développement axée sur l'innovation et l'utilisation de technologies évoluées.



Photo by Nicolae Rosu on Unsplash
Photo by Nicolae Rosu on Unsplash
Dans la foulée de sa stratégie de développement axée sur l'innovation et l'utilisation de technologies évoluées, le Port de Montréal, ainsi que IBM (NYSE : IBM) et A.P. Moller – Maersk (MAERSKb.CO), sont fiers d'annoncer aujourd'hui que le Port de Montréal adopte la solution TradeLens, qui a été créée conjointement par Maersk et IBM afin de favoriser le développement d'un commerce international plus efficace et mieux sécurisé.

Fondée sur la technologie de la blockchain, la solution TradeLens a pour but d'amener le secteur du transport des marchandises dans l'ère numérique par l'utilisation d'une interface sécurisée servant exclusivement au transport des marchandises.

Le Port de Montréal adopte TradeLens de pair avec l'Agence des services frontaliers du Canada (ASFC). Ces deux entités deviennent ainsi deux nouveaux utilisateurs canadiens de cette solution mondiale de transport des marchandises fondée sur blockchain.

Numérisation de l'écosystème logistique maritime

Avec ses cinq terminaux à conteneurs, le Port de Montréal est le plus important terminal portuaire de l'est du Canada. Il est un modèle unique, où tous les navires porte-conteneurs qui arrivent déchargent et rechargent la totalité de leur cargaison. Dans ce contexte, la visibilité sur le flux de trafics entrants est un facteur de grande importance. Chaque navire qui arrive contient un très grand nombre de conteneurs dont il faut coordonner le déplacement avec une logistique de transport terrestre, que ce soit par rail ou par camions.

La solution TradeLens permettra au Port de Montréal d'améliorer le niveau de précision de ses renseignements organisationnels afin de mieux planifier l'utilisation de ses ressources en se basant sur les trafics entrants et sur une meilleure connaissance de ceux-ci, en amont. Le Port de Montréal est également unique par le fait qu'il est propriétaire de son chemin de fer, qu'il exploite sur le territoire portuaire. En tant qu'exploitant d'un service ferroviaire, l'Administration portuaire de Montréal (APM) accorde une très grande importance à la visibilité des flux de trafics entrants pour être en mesure de maintenir un haut niveau de fluidité et l'excellence des opérations.

« Nous saluons notre partenaire Maersk pour sa vision et son leadership international. Nous sommes convaincus que le travail conjoint à l’échelle mondiale fait partie des solutions clés pour atteindre une meilleure circulation des informations et des marchandises au bénéfice des clients et des partenaires. TradeLens rejoint pleinement nos objectifs et notre stratégie d’affaires axée sur l’innovation et l’efficacité du transit des marchandises » a déclaré Sylvie Vachon, présidente-directrice de l’APM.

À compter d'aujourd'hui, le Port de Montréal s'engage pleinement dans le projet en collaboration avec Société Terminaux Montréal Gateway, dont les terminaux reçoivent les navires de Maersk. Plus spécifiquement, le Port de Montréal fournira des données sur les déplacements des navires et des conteneurs de Maersk. Ces données seront ensuite intégrées à la plateforme, pour créer des renseignements organisationnels de valeur qui donneront une meilleure visibilité des flux de trafics pour la chaîne logistique de Montréal.

«Le secteur du transport maritime fait actuellement face à une augmentation de nombre de navires de charge et des demandes sur le marché. TradeLens est un puissant outil pour moderniser les processus de travail et réduire la bureaucratie, a déclaré Jack Mahoney, président de Maersk Canada. En utilisant TradeLens, le Port de Montréal pourra mieux gérer les horaires de livraison et d'exploitation, faciliter l'accès aux documents de clairance et de facturation, tout en rendant le transport international de marchandises à la fois plus fluide, efficace et transparent.»

Étant donné que 90 % des marchandises sont livrées par navire et que des millions de conteneurs se déplacent entre les divers continents chaque année, cette initiative innovatrice contribuera à transformer ce secteur d'activité au fil du temps.

«Nous croyons que blockchain peut jouer un rôle intégral dans la numérisation du transport des marchandises et pour réinventer ce secteur d'activité pour des organisations comme le Port de Montréal, qui a la responsabilité de traiter plus de 38 tonnes métriques de marchandises chaque année. TradeLens fournit une approche commune pour créer un réseau de transport des marchandises solide, sécurisé et connecté qui bénéficiera de manière égale à tous les participants, a déclaré Ayman Antoun, président d'IBM Canada. Notre travail avec Maersk a démontré que blockchain peut servir à transformer une partie vitale du mode de fonctionnement du commerce international, avec des membres comme le Port de Montréal et l'ASFC, qui commencent à interagir plus efficacement en se partageant de manière sécurisée d'importantes transactions grâce à un accès en temps réel à des données et des documents sur le transport des marchandises.»




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.