Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Pas d’Industrie du Futur sans ERP performant


Rédigé par Reinier de QUELEN, Sylob le 28 Avril 2017

Pour enrayer le déclin de son industrie, la France incite aujourd’hui les entreprises industrielles, à investir dans de nouveaux outils qui contribueront à leur performance. Soutenues par le gouvernement au travers de plans successifs débutés en 2013 en faveur d’une relance de l’industrie, les PME françaises amorcent le virage vers l’industrie du futur : une industrie flexible, personnalisable et novatrice, indispensable à leur survie. La mise en place d’usines « intelligentes » capables d’une plus grande adaptabilité dans la production et d’une allocation plus efficace des ressources, passe nécessairement par un équipement ERP performant. Explications.



L’industrie 4.0, au cœur de la compétitivité des PMI françaises

Reinier de QUELEN - Directeur Commercial Sylob
Reinier de QUELEN - Directeur Commercial Sylob
La part de l’industrie dans l’économie française recule depuis plusieurs années. Entre 1970 et 2014, la part de l’industrie manufacturière dans le PIB français a diminué de moitié, passant de 22% à 11%.
Il est donc indispensable de relancer le secteur industriel français en améliorant la compétitivité des entreprises, et tout particulièrement des PME qui représentent près de 90% des entreprises industrielles en France.
Comme les groupes industriels, les PMI doivent faire face à la mondialisation des échanges et à l’accroissement de la concurrence, à une demande client qui évolue vers des produits plus complexes et personnalisés, …
Pour être compétitives, elles doivent pouvoir s’adapter de façon continue et rapide à l’évolution de la demande, innover et faire évoluer leur business model vers des produits à plus forte valeur ajoutée.
La transformation numérique des entreprises est au centre de la modernisation de l’industrie.
Les nouveaux usages que sont le Cloud, la mobilité, l’Internet des Objets, la simulation numérique, la réalité virtuelle, le Big Data, ... vont fournir à l’entreprise des informations précieuses en temps réel, qui lui permettront par exemple, d’anticiper des pannes grâce à la maintenance préventive, de mieux identifier les attentes de ses clients, de mieux appréhender la variabilité de la demande, …
Toutes ces technologies comme d’autres à venir, rendront l’entreprise et son outil de production plus communiquant et plus intelligent.
Elles sont les leviers qui permettront aux PMI de gagner en flexibilité, réactivité, adaptabilité et bien sûr en compétitivité.

L’ERP, la clé d’une industrie performante

Le numérique dans l’entreprise génère nécessairement une augmentation des volumes et des flux d’informations, qu’il s’agisse de données internes (outil de production, machines) ou externes (fournisseurs, clients, …). Une puce RFID, par exemple, peut servir non seulement à tracer le produit dans son parcours au sein de l’usine, mais également jusqu’au client final et pourquoi pas à analyser la façon dont il est utilisé. C’est là que l’ERP, outil de gestion intégrée, joue un rôle fondamental : il devient le chef d’orchestre indispensable pour centraliser l’ensemble de ces données, coordonner les échanges d’informations entre l’entreprise et son éco-système et contribuer à la continuité numérique. Concrètement, l’ERP consolide dans un référentiel unique l’ensemble des données propres à l’entreprise ou collectées par elle, et interconnecte les différents flux de la « chaîne industrielle », de la commande client à la livraison. C’est à partir de l’analyse de ces informations que l’on peut prendre des décisions et piloter l’entreprise de manière proactive et flexible, à condition que l’ERP :
- Communique et interagisse avec les autres systèmes de l’entreprise et son outil de production en temps réel ;
- interconnecte les systèmes d’informations pour fluidifier la circulation de l’information entre clients ou donneurs d’ordre, fournisseurs ou sous-traitants, filiales ou groupes d’appartenance, etc ;
- permette la mise en œuvre de processus collaboratifs via des portails ou plateformes d’échanges ;
- donne la possibilité de disposer rapidement et facilement de ressources de stockage et de traitement de l’information ;
- réponde à l’évolution des processus et permette des reconfigurations rapides pour prendre en compte les évolutions de l’entreprise dans son organisation.

Evidemment, cette vision « idéale » de l’industrie se construira progressivement, mais la transformation numérique des entreprises, quelle que soit leur taille est indispensable à leur survie.

Demain, seules les PME industrielles qui auront su tirer profit des possibilités qu’offrent les outils numériques et se seront dotées en parallèle d’un ERP performant, resteront compétitives. Elles auront les moyens d’être agiles et proactives, pour créer de la valeur tout en s’adaptant aux changements.
Les nouveaux acteurs industriels seront ceux qui produisent non plus des produits mais des services, grâce cette intelligence embarquée dans les machines qui permettra, par exemple, d’analyser à distance l’état d’un produit.




Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.