Big Data, Science des données, aide à la décision en entreprise, business intelligence, data warehouse, reporting, OLAP, web analytics, data visualization, data mining, internet des objets, informatique cognitive, intelligence artificielle...

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Les investisseurs reprennent le contrôle opérationnel de Reportive


Rédigé par le 26 Février 2006

Nouveau Président, nouveau Directeur Général, renforcement des perspectives de développement aux Etats-Unis, et pourquoi pas recherche d’une nouvelle dimension…



Fin de semaine bouleversée chez l’éditeur français Reportive, qui propose une solution de création et d’automatisation de tableaux de bord dans le domaine du marketing et de l’efficacité commerciale. A l’issue d’une réunion pour le moins animée, les actionnaires / investisseurs de l’éditeur ont marqué leur désaccord avec les choix stratégiques de la direction et ont renouvelé le management de l’entreprise.
Jean-Luc Walter, fondateur de l’entreprise Artech qui est devenue Reportive, cesse sa place de Président du Conseil d’Administration à un américain installé à Paris. Mais il reste administrateur de l’entreprise.
Didier Rochereau, Directeur Général de l’entreprise depuis quelques années, et principal instigateur du repositionnement de l’entreprise, est débarqué.
Le futur de Reportive passe par le développement aux Etats-Unis. L’ancienne direction de Reportive et les actionnaires de l’entreprise s’entendent au moins sur ce point. C’est sur la méthode pour y parvenir que les divergences sont apparues. Didier Rochereau avait proposé de recruter Hubert Catanese pour prendre en charge le développement de l’entreprise outre-atlantique. Hubert Catanese connait bien les Etats-Unis, il a travaillé chez Meiosys, WhitePJ et Sun Microsystems.
Les actionnaires semblent ne pas avoir perçu l’intérêt d’une direction bicéphale entre l’Amérique du Nord et le siège qui reste installé avec le département recherche et développement en France. Et ce serait finalement Hubert Catanese qui aurait obtenu la direction générale de l’entreprise évinçant de fait celui qui avait proposé de le recruter.
C’est donc une nouvelle page qui se tourne pour Reportive, sans doute marquée par une internationalisation plus forte. Peut-être également une manière de préparer l’entreprise à la prochaine étape de son développement. En effet, présents depuis plusieurs années, et ayant investi des sommes importantes, les investisseurs pourraient bien chercher à se rapprocher de leur porte de sortie. Une hypothèse d’autant plus crédible que Reportive aura sans doute du mal à conserver son indépendance dans la phase de concentration du marché du décisionnel dans laquelle le marché est entré.




Commentaires

1.Posté par jmlandreau le 03/03/2006 15:08
Tu vois, c'est une pratique américaine courante ...