Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


En 2020, les Dark Data engendreront, à elles seules, une émission de près de 5,8 millions de tonnes de CO2


Rédigé par Communiqué de Veritas le 21 Avril 2020

Des quantités massives de dark data polluent les data centers du monde entier. La suppression de ces données inutiles pourrait contribuer à réduire l’empreinte carbone du numérique sur la planète.



La transformation numérique peut s’avérer être une solution pour lutter contre le changement climatique. Cependant, le stockage de données numériques inutilisées est une source de gaspillage d’énergie et provoque une émission supplémentaire injustifiée de CO2. Veritas Technologies estime que le stockage de ce type de données engendrera, pour la seule année 2020, le rejet dans l’atmosphère de 5,8 millions de tonnes de CO2[1] . Ainsi, afin de protéger la planète, les entreprises se doivent de maîtriser leurs stratégies de gestion de données et d’utiliser les bons outils pour discerner celles qui ont de la valeur des dark data, autrement dit de celles dont elles peuvent se débarrasser afin de désencombrer les data centers.

En moyenne, plus de la moitié des données[2] (52%) stockées par les entreprises sont des dark data, leur contenu et leur valeur restant « obscurs » pour les responsables en charge de la gestion des données. Nous entendons régulièrement parler des coûts financiers liés au stockage des dark data, mais ceux relatifs à l’environnement ont jusqu’à lors été sous-estimés. D’après IDC[3], la quantité de données stockées dans le monde devrait atteindre 175ZB d'ici 2025, soit 5 fois plus de données qu’en 2018 (33ZB). Par conséquent, si nous ne changeons pas nos habitudes, les dark data devraient représenter près de 91ZB d’ici cinq ans (soit 4 fois plus que le volume actuel), engendrant une consommation croissante d’énergie destinée au fonctionnement de l’écosystème et des infrastructures qui assurent la gestion et le stockage de ces mêmes données.

Jean-Pierre Boushira, VP Southern Europe chez Veritas Technologies explique :
« Quelle que soit la région du monde, entreprises et particuliers s’efforcent de réduire leur empreinte carbone mais oublient souvent d’agir sur les dark data pour y parvenir. Avec une production de dioxyde de carbone supérieure à celle produite individuellement par 80 pays, il est évident que la problématique des dark data doit constituer une priorité pour chacun d’entre nous. Le tri des dark data et la suppression des données inutiles devraient devenir un impératif moral pour toute entreprise, quel que soit le pays où elle se situe. »

« Avec l’accroissement, année après année, du volume de données, l'industrie IT doit prendre les devants concernant les dark data. Nous prévoyons l’arrivée d’une quantité massive de nouvelles données créées par l’Internet des Objets (IoT) et d’après les analystes, cela représentera une part conséquente des 175ZB de données que nous attendons d'ici 2025. Les entreprises doivent comprendre ce type de données ainsi que les politiques de stockage qui leurs sont associées afin de ne pas se retrouver dans la spirale infernale des émissions polluantes.

Mais nous avons également un rôle à jouer individuellement, en tant que citoyen. En effet, nous stockons presque tous des données que nous n’utiliserons jamais, simplement parce que le Cloud reste disponible et abordable. Nous sommes des millions à conserver des milliers de vidéos, de photos ou encore d’emails que nous ne consulterons pas. Les entreprises et les consommateurs du monde entier doivent apprendre à gérer leurs données pour préserver la planète. »

En tant qu’expert de la donnée, voici les cinq conseils donnés par Veritas Technologies pour aider les entreprises à réduire les coûts et le gaspillage écologique liées aux données tout en en renforçant la conformité :

- Identifiez tous les lieux de stockage des données et ayez une vue d'ensemble : la découverte et la cartographie des données sont les premières étapes pour comprendre comment l'information circule au sein d’une entreprise. Gagner en visibilité sur les lieux de stockage des données, sensibles ou non, leur accès et leur durée de stockage consiste en un premier socle pour gérer les dark data.
- Mettre en lumière les dark data : une approche proactive de Data Management permet aux entreprises de gagner en visibilité sur les données, leur stockage et leur infrastructure de sauvegarde, leur permettant ainsi d’apprécier les risques liés aux données et de prendre des décisions éclairées quant à la suppression de certaines d’entre elles.
- Automatiser les processus de découverte et d'analyse des données : suite à l’explosion du nombre de données, les entreprises devraient automatiser les analyses, le suivi et le reporting nécessaires pour assurer la responsabilité organisationnelle en matière de dark data, d'utilisation des fichiers et de sécurité. Les entreprises auront sans doute à gérer des pétaoctets de données et des milliards de fichiers. Leur approche relative à la visibilité des données doit donc intégrer des solutions d’archivage, de sauvegarde et de sécurité pour prévenir la perte de données et assurer que leur stockage soit en adéquation avec les politiques en place.
- Minimiser les données et mettre en place des contrôles : le Data Minimization et la limitation de leur utilisation permettent aux entreprises de réduire la quantité de données stockées et de s’assurer que celles-ci sont conservées pour faire écho à l’objectif initial de leur collecte. Véritables pierres angulaires de la gestion des dark data et de la conformité à l’échelle de l’entreprise, la classification, le stockage flexible et les politiques de conformité permettent de supprimer en toute sécurité les informations non pertinentes.
- S’assurer du respect des normes de conformité : les règles de conformité comme la RGPD imposent à toutes les organisations de signaler certains types de violations des données à l'autorité de contrôle compétente et, dans certains cas, aux personnes directement concernées. Les entreprises doivent alors évaluer leur capacité à détecter les éventuelles brèches et à déclencher rapidement des procédures de signalement pour assurer leur conformité.




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.