Decideo - Actualités sur le Big Data, Business Intelligence, Data Science, Data Mining

Abonnez-vous gratuitement à Decideo !


Decideo

 


Atos participe au projet européen COSMIC et développe un système de détection des menaces dans les conteneurs maritimes


Rédigé par Communiqué de Atos le 19 Juillet 2019

Atos, leader international de la transformation digitale, annonce sa participation au projet européen COSMIC qui vise à développer un système d'inspection avancé pour détecter les menaces CBRNE (chimiques, biologiques, radiologiques, nucléaires et explosives) dans les conteneurs et ports maritimes. Le projet a reçu un financement de 3,5 millions d'euros dans le cadre du prestigieux programme européen de financement de la recherche, Horizon 2020.



Photo by Guillaume Bolduc on Unsplash
Photo by Guillaume Bolduc on Unsplash
Les menaces que représentent les composants CRBNE utilisés par les terroristes sont une préoccupation majeure, non seulement pour l'Union européenne, mais aussi pour la sécurité à l’échelon international. Ces matières pourraient être cachées et introduites clandestinement dans des conteneurs ou des véhicules. Les rapports montrent qu'aux États-Unis seulement, depuis 1998, plus de 1 300 incidents de perte, de vol ou d'abandon d'appareils contenant des sources radioactives scellées ont été signalés – soit en moyenne 250 chaque année. L'amélioration du passage des conteneurs et des véhicules aux frontières et le renforcement des contrôles de sécurité à l'entrée des infrastructures critiques sont essentiels pour lutter contre les menaces terroristes, le vol et la contrebande.

Le projet COSMIC propose une approche innovante pour la détection des matériaux CBRNE en permettant l’inspection rapide d'un grand nombre de conteneurs et de véhicules dans les ports maritimes et aux frontières – grâce à un système de détection en trois étapes utilisant un nouvel ensemble de capteurs de pointe. L'idée est de créer une solution rapide et fiable, où seuls les conteneurs non suspects seront libérés rapidement après chaque étape, et seuls les conteneurs suspects continueront à passer à l'étape suivante.

Atos, en tant que leader du groupe de travail "System Analytics and User", est en charge du développement du système COSMIC, qui permettra d'analyser les sorties des différents dispositifs et capteurs, ainsi que d'autres informations reçues de sources externes – et ce, à chaque étape de détection. Le logiciel et les algorithmes mis au point permettront de gérer et de contrôler à la fois les données et les capteurs afin de prendre des décisions pertinentes pour permettre l'élaboration des organigrammes CBRNE. Ce système offrira les avantages suivants :

- Détection plus rapide et plus fiable des menaces dans les conteneurs maritimes
- Réduction significative des inspections manuelles physiques
- Réduction globale des coûts
- Introduction de nouveaux capteurs CBRNE innovants intervenant dans une approche de détection en 3 étapes
- Tous les développements du projet seront validés sur trois terrains d'essai contrôlés aux Pays-Bas, en Albanie et en Espagne.

Le projet implique trois entreprises (Atos, Lingacom, SEADM), trois grands instituts de recherche (Technion, l'Université Ben-Gurion, le Conseil national de la recherche espagnol) et trois organisations d'utilisateurs finaux (Administration des douanes néerlandaise, Police nationale israélienne et Guardia Civil espagnole).




Nouveau commentaire :
Twitter

Vous pouvez commenter ou apporter un complément d’information à tous les articles de ce site. Les commentaires sont libres et ouverts à tous. Néanmoins, nous nous réservons le droit de supprimer, sans explication ni préavis, tout commentaire qui ne serait pas conforme à nos règles internes de fonctionnement, c'est-à-dire tout commentaire diffamatoire ou sans rapport avec le sujet de l’article. Par ailleurs, les commentaires anonymes sont systématiquement supprimés s’ils sont trop négatifs ou trop positifs. Ayez des opinions, partagez les avec les autres, mais assumez les ! Merci d’avance. Merci de noter également que les commentaires ne sont pas automatiquement envoyés aux rédacteurs de chaque article. Si vous souhaitez poser une question au rédacteur d'un article, contactez-le directement, n'utilisez pas les commentaires.