Créer son blog Recommander ce blog Avertir le modérateur


Un schéma directeur a pour but de donner des orientations de manière prospective afin de définir de manière « macro » l'articulation de la réalisation d’objectifs dans le temps. Il consiste en l'élaboration d'un plan permettant de mettre en place un scénario retenu sur une période de 2 à 5 ans. Dans une entreprise, tout part de la stratégie et pour traduire la vision en une feuille de route d'évolution on fait des schémas directeurs par fonction.

La pratique du schéma directeur a commencé à être appliquée pour planifier le développement des systèmes d’information, notamment avec l’élaboration en 1976 de la méthode "RACINES". Dès lors, le schéma directeur informatique est devenu une étape majeure pour la définition, la formalisation, la mise en place ou l'actualisation d'un système d’information pour supporter une stratégie donnée.

L’arrivée massive dans les années 90 des progiciels a modifié profondément les approches de type « RACINES ». À titre d’illustration l’une de mes dernières propositions selon cette méthode en 1992, il y a quarante ans : cliquez ici
Rédigé par Michel Bruley le Mercredi 23 Novembre 2022 à 15:01 | Permalien | Commentaires {0}

Le marketing lors de ces trente dernières années a beaucoup évolué. Il a en particulier été très conditionné par la possibilité offerte par l’informatique de s’adresser directement à chaque client individuellement, ce qui a permis le développement du fameux 1:1 marketing.

J’ai eu l’occasion de découvrir les prémices du 1:1 Marketing fin 1994 à l’occasion d’un séminaire animé par Martha Rogers. À cette époque les principales idées de cette approche n’étaient qu’à l’état d’esquisse mais on sentait que la piste était bonne. Quatre ans plus tard j’ai formalisé une présentation ppt de synthèse qui détaille toutes les idées : cliquez-ici


Rédigé par Michel Bruley le Samedi 24 Septembre 2022 à 09:46 | Permalien | Commentaires {0}

Face à l’exigence de maîtrise de l’information concernant leur environnement, les entreprises doivent développer une approche d’Intelligence économique.

Il s’agit à la fois d’un mode de pensée, l’information doit être créée et valorisée et d’un mode d’action, l’information doit être partagée et utilisée à bon escient.

La pratique de l’intelligence économique s’appuie sur quatre idées fondamentales :
• la maîtrise des connaissances : connaître et protéger,
• la compréhension des opportunités, des risques et des menaces,
• la coordination des acteurs et des activités,
• la stratégie d’influence.

Pour aller plus loin, vous pouvez accéder à une présentation d’une douzaine de vues : cliquez ici
Rédigé par Michel Bruley le Samedi 23 Juillet 2022 à 09:44 | Permalien | Commentaires {0}

« Une stratégie est la manière d'élaborer, de diriger et de coordonner des plans d'action afin d'aboutir à un objectif déterminé, programmé sur le court ou le long terme. Le but principal étant d'éviter le pilotage à vue, une stratégie doit être appliquée et apporter des résultats positifs ».

La présentation à télécharger traite de l’apprentissage stratégique :
• Comment définir une stratégie gagnante ?
• Stratégie : définition
• Cycle d’apprentissage stratégique
• Analyser la situation
• Choix stratégiques & vision
• Aligner l’organisation, mettre en œuvre
• Points clés d’une stratégie
• Fiche stratégique

Pour télécharger, cliquez ici
Rédigé par Michel Bruley le Lundi 23 Mai 2022 à 09:32 | Permalien | Commentaires {2}
Il y a vingt-cinq siècles, dans la Chine des “ Royaumes Combattants ”, était rédigé le premier traité de “ L’Art de la Guerre ”.

Sur son auteur, SUN TZU, l’Histoire ne fournit que quelques traits biographiques et peut-être sont-ils mêlés de légendes.

Originaire du Royaume de CH’I, il serait passé au service du Roi de Wu et en aurait commandé les armées avec un constant succès.

Son ouvrage “ L’Art de la Guerre ”, d’une concision admirable et toujours perceptible malgré les adjonctions des commentateurs, a été et demeure au centre de la pensée militaire extrêmeorientale. Au Japon, où il a été connu au plus tard au VIIIe siècle de notre ère, il a inspiré, après les guerriers féodaux, les officiers de l’armée impériale et Pearl Harbor a été une application de sa maxime fondamentale : “ Tout l’art de la guerre repose sur la duperie ”.

Au contraire de CLAUSEWITZ, SUN TZU ne voit pas dans la grandiose bataille d’anéantissement le sommet de l’art du stratège. Si l’on peut détruire l’ennemi, l’on se jette sur lui ; mais la “ duperie ”, c’est-à-dire la guerre totale du mensonge, peut faire mieux encore. Elle peut dénaturer les réflexes de l’adversaire de telle sorte que celui-ci se trouve paralysé au jour décisif : “ Ainsi ceux, qui sont experts dans l’art de la guerre, soumettent l’armée ennemie sans combat. Ils prennent les villes sans donner l’assaut et renversent un État sans opérations prolongées ”. MAO TSE TUNG, disciple de SUN TZU, a écrit : “ Il faut dérouter ceux qui conduisent l’ennemi, les égarer, si possible leur faire perdre la raison ”.

La pensée de SUN TZU a franchi les âges et les continents. J’ai fait en 1980 le résumé ci-après, à partir de la version de “ L’Art de la Guerre ” publiée par le général américain Samuel B. Griffith : cliquez ici.

Rédigé par Michel Bruley le Mercredi 23 Mars 2022 à 09:21 | Permalien | Commentaires {1}
Le télétravail se développe, mais attention il n’est pas sans danger !

Cliquez ici

Bonne année, meilleurs vœux
Rédigé par Michel Bruley le Mercredi 12 Janvier 2022 à 10:17 | Permalien | Commentaires {0}

Depuis que je suis la vie politique française, certains sujets sont récurrents et génèrent régulièrement les mêmes problèmes, face auxquels sont ressorties les mêmes propagandes pour vanter les solutions à la française soi-disant remarquables. Alors que les politiques et les médias nous expliquent constamment que nous avons la plus belle avenue au monde, la meilleure cuisine, le meilleur système de santé, la meilleure protection sociale, les meilleurs avions ou chars de combat … la réalité s’impose avec ses problèmes qui têtus reviennent régulièrement.
Si je suis souvent tenté d’écrire sur l’un ou l’autre de ces problèmes, de fait je ne me lance pas souvent. Ci-dessous, j’ai regroupé les quelques-uns que j’ai commis :

Pour des changements profonds dans le système judiciaire français
Le système social français est-il idéal ?
Pauvreté absolue ou relative, dans un pays où l'obésité est une maladie de "pauvres"
Du vivre ensemble à la fin de la culture occidentale
Flux continus de migrants : quelques repères
L'affaire des masques : un mensonge tchernobylien dont nous sommes responsables
Monde d’après : « un État français bis d’inspiration jupitérienne ? »


Rédigé par Michel Bruley le Samedi 18 Décembre 2021 à 16:10 | Permalien | Commentaires {1}

Quel que soit l’époque ou le pays, l’histoire a toujours été un enjeu de pouvoir, la France n’y a pas échappé. Les manipulations ont été nombreuses, des événements ont été mis en valeur ou occultés et l’enseignement de l’histoire a été orienté pour servir les pouvoirs, les idéologies aux différentes époques.

Pour ce qui est des époques plus récentes, je m’amuse du fait qu’aujourd’hui on a l’impression qu’une majorité des Français étaient pour la résistance lors de la Seconde Guerre mondiale. Je constate que l’enseignement de l’histoire des colonisations et des décolonisations est très limité. Je suis convaincu que cette mainmise politique & idéologique sur l’histoire de France est particulièrement dommageable.

Ci-dessous, j’ai regroupé quelques-uns de mes articles sur ce thème de l’histoire de France :

"Roman National" : la quête française
La déconstruction de la nation ne peut conduire qu'à un temps de chaos
La France : résiliente ou en perte de mémoire
Un peuple sans histoire est un peuple sans avenir
L'histoire des colonisations est ignorée et abandonnée aux manipulateurs qui surfent sur l'ignorance
De la France en Alger
Rédigé par Michel Bruley le Lundi 25 Octobre 2021 à 09:18 | Permalien | Commentaires {2}

L’histoire devrait être instruite, de façon désintéressée, à charge et à décharge, mais ce n’est pas si simple, car la condition de la vraie critique est de comprendre la diversité des temps. L’histoire est importante car comme la dit Faulkner « le passé n’est pas mort, il n’est même pas passé ».

Il y a toutes sortes d’histoires transmises, des inspirantes qui apportent l’espoir (cf. David contre Goliath …), des brûlantes qui empoisonnent le présent (cf. relations France/Algérie …). « L’espèce humaine n’arrive pas à intégrer les leçons de son histoire, c’est trop lourd, trop étouffant sans doute » Hubert Védrine.
Cependant, aujourd’hui l’histoire est approchée de façon plus scientifique et devient même une science plus dure grâce à de nouvelles approches (archéologie …) de nouvelles techniques (Lidar, ADN …)

Ci-dessous, j’ai regroupé ici quelques articles sur ce thème et les articles plus spécifiques à l’histoire de France dans un autre chapitre.

Histoire et Big Data : enquête, glorification, commérage, prédiction du futur …

Histoire, données chiffrées et infographie

Big Data, Archéogéographie et Drone

La stratégie active de conservation des données a ses limites

Néandertal & les mégadonnées

Néandertal d’hier et d’aujourd’hui : quand la science permet de dépasser le délit de « sale crâne »

Big Data & Big Brother : de l’intérêt de connaître notre ADN

Rédigé par Michel Bruley le Samedi 25 Septembre 2021 à 09:16 | Permalien | Commentaires {1}
1 2 3 4 5 » ... 20


> A LIRE EN CE MOMENT SUR DECIDEO
Profil
Michel Bruley
Michel Bruley



Galerie
scan0578.jpg
B6.JPG
B1.JPG
A.JPG
B4.jpg
B8.jpg

RSS ATOM RSS comment PODCAST Mobile